Biographie Angelique Proteau



Biographie Angelique Proteau

Angélique Proteau : Simon Loüis Perthuis et les registres de Sault-au-Récollet • Simon Loüis Perthuis and Sault-au-Récollet's vital records



Comment acquérir la certitude que la sépulture du 6 juin 1767 à Sault-au-Récollet est bien celle d'Angélique Proteau et non pas une autre, par exemple celle de sa fille Marie Angélique?

L'acte, on le voit, comporte certaines anomalies. Le nom de la défunte a visiblement été laissé en blanc pour être inscrit plus tard. Même dans la marge, le nom «Marie Major» apparaît comme un après-coup. Trois personnes servent de témoins : Louis Turcau, Louis Perthuis, Joseph Marié, le bedeau de la paroisse, c'est-à-dire au moins deux personnes de plus que l'habitude du curé Perthuis.

Les Marie de la famille Major sont peu nombreuses, encore moins celles qui seraient âgées. Le fait que le curé ait laissé son nom en blanc nous permet raisonnablement de douter de l'âge de la défunte. Partant du principe qu'il s'agit d'une vieille femme, que le rédacteur dit âgée d'environ 84 ans, il reste peu de possibilités. Marie Josèphe et Marie Auguste sont déjà mortes; les décès de Marie Thérèse et Marie Marguerite nous sont connus et ne font aucun doute. Il reste deux possibilités : Angélique Proteau, que l'on suppose née vers 1688 et qui aurait près de 79 ans, et Marie Angélique Boutron Major, née en 1707, qui en aurait presque 60 et serait à cette époque considérée comme une femme âgée.

L'acte de sépulture a été rédigé par Simon Loüis Perthuis, né le 24 août 1706 à Arlende, dans le diocèse de Viviers, dans le sud de la France. Ce prêtre est arrivé dans la colonie le 21 juillet 1741 et il est mort le 18 août 1775 quelques mois après la fin de sa cure de Sault-au-Récollet. Il a été curé de Sainte-Anne-du-Bout-de-l'Île de 1742 à 1747, de Saint-Joachim de Pointe-Claire, de 1747 à 1761, et de Sault-au-Récollet, de 1763 à 1775.

Avant de parler des actes rédigés par Simon Loüis Perthuis, je trouve important de relever qu'une personne a abondamment annoté les pages du registre de La-Visitation-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie de Sault-au-Récollet. Il faut procéder avec une attention soutenue pour séparer ce qui revient à messire Perthuis de ce qui relève du «commentateur» malencontreux. Cette personne, dirait-on, s'est attachée à relever les erreurs du curé vieillissant (nombreux oublis, omissions, répétitions). Ma deuxième remarque s’applique à la manière d’écrire le nom du curé : il signe Pertuis, mais j’ai normalisé son patronyme pour le rendre tel qu’il apparaît dans les répertoires consultés.

La première chose qui étonne, en examinant les pages du curé Perthuis, c'est qu'il écrit Jean Batipste au lieu de Jean Baptiste et je soussigné ai batipsé au lieu de je soussigné ai baptisé, ce qui nous permet de croire qu'il souffrait peut-être de dyslexie et, en conséquence, de troubles de mémoire à court terme. Peut-être aussi qu'il avait fait un AVC - pour examiner la question, il faudrait aller considérer les actes de ses autres cures, ce qui n'est pas l'objet de cet article.

Par Ruth Major Lapierre
Blogue
http://majorboutroncompagnies.blogspot.com/
Mentions légales  |  Contactez-nous  |  Notre mission  |  Liens partenaires  |  Votre arbre généalogique
Copyright © NosOrigines.qc.ca 2017